Auteur : Pierre Vidal Page 2 sur 708

VALENCE, ARRIMON DE BORJA COLLADO

Valencia, mardi, troisième de féria, novillada.
Plus d’un quart d’entrée.

Novillos de El Parralejo, bien présentés, nobles aux forces limitées, le premier plus encasté, ovationné à l’arrastre.

Diego San Román, ovation et saluts après avis,

Miguel Senent « Miguelito », vuelta al ruedo, silence après avis et ovation et saluts;

Borja Collado, palmas et oreille.

Saluts aux banderilles de José Arévalo au troisième et Raúl Martí au cinquième.

Novillada accidentée, les trois toreros se faisant prendre. Diego Sans Roman a pris un coup de corne sérieux au genou (trois trajectoires) après avoir été averti plusieurs fois. Il resta et tua l’animal. Il voulut revenir pour tuer son second adversaire mais le chirurgien s’y opposa. Miguelito qui débutait en piquée devant son public a plut mais il n’a pas eu de chance car son premier adversaire se rompit la patte. Très vert encore, il tua trois animaux et il fit preuve de détermination et fit une vuelta grâce à sa variété à la cape qui, on le sait, plaît toujours aux valenciens. Beaucoup de maturité et du courage chez Borja Collado, valeur sure désormais. Il s’imposa face à l’incertain cinquième qu’il tua a recibir. Il fut pris à son tour violemment en exécutant la suerte (cornada interne à la hauteur de l’aine).

Photos J. Buravand

Parte facultativo de Borja Collado:
cornada envainada de 10 cm. de profundidad y 6 cm. de trayectoria ascendente, en región anteromedial tercio medio proximal muslo izquierdo ». Pronostic réservé

DEUX VALETS D’EPEE A BOUJAN

Une soirée à Boujan organisée par le Club l’Aficion avec deux valets d’épées – en espagnol  mozo de espadas – pour découvrir dans les détails le rôle, l’importance de ces hommes indispensables pour les matadors et les novilleros. 
Nous pouvons poser la question : que serait la corrida sans eux ? Certainement autre chose très éloigné de ce que nous pouvons voir dans les ruedos. Auxiliaire du matador à partir du callejon en fonction des tercios, certes, mais aussi « valet de pied », organisateur des voyages, secrétaire personnel… Un homme ayant toute la confiance du matador sur lequel celui-ci peut se reposer et compter à toutes heures du jour et de la nuit.

Morante/Roca Rey à Ronda

La Corrida Goyesque de Ronda (Málaga) se tiendra cette année le 31 août ce sera un mano a mano entreMorante de la Puebla et Roca Rey, avec des toros de Juan Pedro Domecq. Cette annonce a été faite ce mardi matin par Francisco Rivera Ordóñez à la Maestranza de Caballería de Ronda. La date a été avancée d’une semaine par rapport aux années précédentes.

TOROS DE LORETO CHARRO POUR MIMIZAN

MIMIZAN A CHOISI LES TOROS DE SA CORRIDA DU 24 AOÛT ET FAIT CONFIANCE A LA GANADERIA DE L’ANNEE PRÉCÉDENTE


Ganaderia Maria Loreto Charro Santos

LES JEUNES COURSAYRES SOLIDAIRES

Une belle initiative de l’école taurine de la FFCL
Rendez vous le vendredi 29 mars à Pomarez

VIC-FEZENSAC

Fiesta campera avec Thomas Dufau

LA MATURITE DE DORIAN

VENDREDI AVEC LE CLUB TAURIN DE MIMIZAN : LA MATURITE DE DORIAN

De gauche à droite Pierre Vidal, Dorian Canton et le président du club François Villenave

Le Club Taurin de Mimizan organisait vendredi soir  à la salle des fêtes de Sainte Eulalie en Born sa soirée débat annuelle. Une centaine de personnes y participaient. Le héros principal était le jeune novillero Dorian Canton venu de son Béarn natal. Il était interrogé par l’ancien président du club taurin mimizanais, le journaliste et chroniqueur taurin, Pierre Vidal.

Un débat passionnant qui a permis de découvrir les espoirs de ce jeune homme qui a surpris l’assistance par sa maturité et sa lucidité. Il parle sans complexe de cette vocation de faire carrière dans l’arène qui est lui tombé dessus alors que, natif d’Asson, dans la vallée la plus perdue du Béarn, sans avoir dans sa famille ni chez ses amis aucun aficionado, il décidait dès ses huit ans de porter un jour le « costume de lumières ».

Une vocation que ses parents (son père Marc Canton, maire de la commune d’Asson était présent dans la salle), ont toujours comprise et soutenue. C’est ainsi que Dorian s’est rendu tous les mercredi à Cauna au siège de l’Ecole Taurine Adour Aficion dirigée par le maestro Richard Milian, conduit par son père : 300 kilomètres aller-retour tout de même. Dorian a la passion du toro. Il veut le jauger, le comprendre et s’entendre avec lui en quelques minutes. C’est une pression très dure à subir pour un jeune homme qui n’a pas 18 ans. Il a une foi solide qui l’aide à supporter ces moments qui, on l’a bien senti, font l’essentiel de sa vie.

Il poursuit néanmoins ses études et espère bien décrocher son bac cette année. Ses objectifs ? Aller plus loin sur le dur chemin d’une profession où on ne fait pas cadeaux. Il y a la perspective d’une alternative à Bayonne pour la « corrida des fêtes » mais il a tenu à préciser « que rien n’était encore fait ». S’il ne devient pas matador il continuera sa route de novillero et déjà son programme est bien rempli : Garlin, Aire-sur-l’Adour notamment, il débutera aussi dans le sud-est et on le verra en Espagne en ce début de saison. Par sa sincérité, son calme il a gagné la sympathie de nombreux membres du club qui se sont promis de venir le soutenir.

Soirée réussie donc en présence du maire de la commune Bernard Comet, du maire de Mimizan Christian Plantier et du président du Club Taurin Mimizanais François Villenave. Celui-ci a présenté l’élevage qui serait présent lors de la corrida de cet été, il s’agit d’exemplaires de Loreto Charro devise qui, l’année passée avait donné de grandes satisfactions au public des arènes du Courant.

Photos Henri Dufaure

Lunel

Le cartel d’ouverture des nouvelles arènes de Lunel sera composé de Léa VicensSébastien Castella et Toñete face à des toros de Fermin Bohorquez (rejon) et Jandilla. Le dimanche 21 juillet à 18h.

Olivenza, dimanche soir: Morante débouche le flacon…

Olivenza (Badajoz), dimanche après-midi, dernière de la Feria del Toro. Lleno

Toros de Daniel Ruiz, inégaux de présentation et de jeu.

Morante de la Puebla, oreille et palmas;

 Roca Rey, palmas et deux oreilles; 

Ginés Marín, oreille et oreille.

Saluts d’ Antonio Manuel Punta et Manuel Izquierdo au 3º.

Page 2 sur 708

© 2019 Corridasi - Tous droits réservés