Catégorie : Arène Page 1 sur 6

Séville l’affiche de la féria

Le cartel de la féria de Séville 2023 a été présenté par le teniente mayor dans le salon de Carteles de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla. C’est une oeuvre signée du grand architecte britannique Norman Foster. Comme chaque année, elle fait l’objet de controverses féroces. Chacun jugera…

Arzacq : la présentation vidéo

Bande annonce Novillada Arzacq 2023.mp4 from GONZALEZ Antoine on Vimeo.

Istres: le clip !

Fiesta campera chez Valverde

rande fiesta campera – Dimanche 5 février 2023

Pour commencer l’année de la meilleure des manières, l’ Association des Amis du Curé de Valverde a invité, dimanche 5 février, Javier Sánchez Vara et les jeunes promesses françaises El Rafi et Carlos Olsina à affronter 3 splendides taureaux de Valverde.
« Confidences de maestros » et exposition des costumes de lumière d’El Rafi et de Carlos Olsina auront lieu l’après-midi et promettent un moment de partage inédit. Ne le ratez pas !

Programme de la journée :
10h15 – renouvellement des cartes d’adhérents – Accueil des nouveaux membres,
11h – Grande Fiesta Campera,
3 toros de Valverde combattus par SANCHEZ VARA, EL RAFI et CARLOS OLSINA,
12h30 – repas tiré du sac,
14h30 – « Confidences de maestros », Tertulia en présence des matadors invités,
Exposition « Anecdotes de lumière » consacrée aux costumes de lumières des maestros El Rafi et Carlos Olsina

Journée offerte aux membres de l’association des Amis du curé de Valverde à jour de leur cotisation 2023. Tarif des adhésions : – 20€ pour une adhésion individuelle ; – 30€ par couple
Adhérez d’ores-et-déjà à l’association au travers https://www.billetweb.fr/amis-de-valverde et recevez vos invitations par e-mail.
Nous espérons vous retrouver nombreux lors de cette belle journée.

Bogota, retour des toros imminent

Retournement de situation spectaculaire mais essentiel pour la continuité de la tauromachie en Colombie et dans tout l’univers latino-américain : une nouvelle décision juridique annonce le retour des toros à Bogota, la capitale colombienne qui possède une arène magnifique de 15 000 places inutilisée, La Santamaria.

La Cour constitutionnelle colombienne a statué à nouveau ; décision qui « oblige » le retour des corridas à la Santamaría de Bogotá. Cela a été déjà jugé à plusieurs reprises, lorsque le tribunal a ordonné dans l’ordonnance de 2022 réitérant le jugement de tutelle 296 de 2013 que la Plaza de Toros de Santamaría devait être immédiatement restaurée « comme scène pour la tauromachie, consacrée donc à sa destination principale comme scène de festivités taurines. L’exécution successive, périodique et régulière de la tauromachie doit être garantie. Par conséquent, le tribunal “oblige nécessairement les autorités du district – en particulier l’IDRD – à déployer des actions contractuelles loyales, qui permettent la réalisation des véritables saisons taurines”.

Le tribunal conclut donc qu’il y a violation du jugement T-296 de 2013 dans la mesure où « les délais établis dans le calendrier du processus de sélection n’auraient pas permis aux intéressés de soumettre une offre valable en vertu de laquelle il aurait été possible de réaliser la saison taurine 2022 à Bogotá. Il ne doit pas y avoir donc désormais d’interférences des conseils municipaux à l’encontre de cet arrêt du Tribunal Constitutionnel, cet arrêt de la Cour le rappelle.

Si bien que l’on parle d’une temporada  dans les arènes de Bogota -1ère catégorie- dès le mois de février. Ce qui serait une nouvelle formidable reste à confirmer.

Nîmes, les dates

Béziers au calendrier

𝑃𝑎𝑠 𝑑𝑒 𝑟𝑒́𝑠𝑜𝑙𝑢𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑐𝑒𝑡𝑡𝑒 𝑛𝑜𝑢𝑣𝑒𝑙𝑙𝑒 𝑎𝑛𝑛𝑒́𝑒 𝑚𝑎𝑖𝑠 𝑢𝑛𝑒 𝑐𝑒𝑟𝑡𝑖𝑡𝑢𝑑𝑒 😉
𝐋𝐀 𝐅𝐄𝐑𝐈𝐀 𝐃𝐄 𝐁𝐄́𝐙𝐈𝐄𝐑𝐒 𝟐𝟎𝟐𝟑 𝐬𝐞𝐫𝐚 𝐝𝐮 𝐬𝐚𝐦𝐞𝐝𝐢 𝟏𝟐 𝐚𝐮 𝐦𝐚𝐫𝐝𝐢 𝟏𝟓 𝐚𝐨𝐮̂𝐭.
Au programme 4 Corridas, 1 Novillada piquée et 1 Novillada sans picadors en journée.
Forts de leur succès sur la dernière édition, les spectacles en soirée seront également au programme cette année avec une course camarguaise, un spectacle de recorte et un spectacle équestre.

Juan Leal à la féria d’Ambato (Equateur)

La féria d’Ambato est le symbole du développement de la tauromachie en Equateur malgré la fermeture des arènes de Quito. Cette année il y aura un beau choix de toreros venus de toute la planète taurine avec la présentation de notre compatriote Juan Leal dans ces arènes de 11 000 places reconstruites après le tremblement de terre de 1949. La traidtion taurine remontant aux années 1920 dans cette cité magnifique.

-S 18/02: Juan Leal, Gómez del Pilar et Álvaro Mejía (Mirafuente-Vistahermosa)

-D 19/02: Miguel Ángel Perera, Ángel Téllez et David Garzón (alt.) (Mirafuente-Vistahermosa)

Séville

 

La saison débutera le dimanche de Pâques 9 avril, Dimanche de Pâques, en avant-première de la Feria de Abril qui commencera le dimanche suivant 16 avril. Elle comprendra treize corridas de toros et une de rejón jusqu’au 1er mai. Il y aura ensuite six novilladas piquées les dimanches 7 et 14 mai puis les quatre dimanches de juin, suivies de quatre non piquées les jeudis de juillet. La Feria de San Miguel se déroulera du vendredi 29 septembre au dimanche 1er octobre et comprendra trois corridas de toros, la temporada se terminant le jeudi 12 octobre, Día de la Hispanidad, avec le Festival de la Hermandad del Rocío…

Les ganaderías officielles pour les corridas de toros de la temporada 2023 dans la Maestranza… l’empresa Pagés a annoncé ce jeudi par le détail le nom de tous les élevages engagés, que ce soit pour la Feria de Abril ou la San Miguel…

En ce qui concerne la Feria de Abril, sortiront des toros de Miura, La Quinta, Victorino Martín, Victoriano del Río, Jandilla, Santiago Domecq, El Torero, Garcigrande, Alcurrucén, Núñez del Cuvillo, El Parralejo, García Jiménez et San Pelayo (Capea – rejón).

Pour la San Miguel, reviendront les ganaderías de Victoriano del Río, García Jiménez et Garcigrande.

On notera les débuts en corrida de La Quinta et El Torero, tout comme à l’inverse le retrait de Juan Pedro Domecq, présent à trois reprises l’an dernier…

Les rois mages à Arcos de la Frontera

Afin de financer la venue des rois mages à ARCOS DE LA FRONTERA, la municipalité organisait ce dimanche un tentadero de Macho En l’occurrence ce fut le roi OCTAVIO CHACON qui régala avant l’heure la demi arène d’afficionados souvent très jeunes qui garnissaient les arènes.

Le lot de  quatre novillos et un toro provenait le la ganadéria voisine de JESULIN DE UBRIQUE les cinq bien présentés d’armure, mais manquant singulièrement de poids et de trapio, eurent un comportement variable : nobles en général,  brave le troisième et compliqué le toro sorti en quatrième position.

Pour les affronter sortirent dans l’ordre :
les novilleros
 MIGUEL OSORIO, l’enfant du pays,
 Antonio SANTANA de l’école taurine de de CHICLANA 
Angel PEREZ de l’école taurine d’UBRIQUE
 

Et les matadors :
  Juan Pedro GALAN
 et Octavio CHACON


L’animation musicale était assurée par le tout jeune et talentueux chanteur flamenco Mario MARQUEZ qui actua à chacune des faenas.


Miguel OSSORIO hérita d’un premier adversaire particulièrement faible qui ne prit qu’une petite pique sans pousser. A la muleta le torito voulait bien mais ne pouvait pas s’arrêtant en milieu de passe et cherchant l’homme. Miguel se fit bousculer sans mal à deux reprises il a pourtant tenté beaucoup et parfois avec succès les séries courtes passant bien sûr mieux que les trop longues. L’animal était franc sur les deux bords et la faena connut d’agréables moments.

Antonio SANTANA voulut briller, oubliant beaucoup le but d’un tentadero ou c’est le toro qu’il faut montrer. Ses largas à genoux ne s’imposaient pas alors qu’il aurait dû apprendre au toro à charger la mise en suerte de pique fut difficile et nécessita l’aide d’un peon expérimenté, la aussi on ne vit qu’une pique prise en poussant on aurait aimé voir répéter. Santana commença sa faena à genoux là aussi sans effet sinon que de se mettre en danger inutilement, il aura peut-être appris ce qu’est un tentadero. Son toro qui avait des qualités se lassa vite d’un toreo trop superficiel et c’est dommage.


Angel PEREZ toucha certainement le meilleur du lot, brave à la pique mais malheureusement pour une seule rencontre alors qu’il en aurait certainement supporté une autre  au moins. A la muleta se fut un régal de noblesse un toro Ina retable enchainant les passes. PEREZ resta trés classique et sobre avec une grande élégance dans le geste nous le reverrons certainement avec beaucoup de plaisir la temporada prochaine. Pour terminer  Angel nous offrit une série de luquésinas  qu’apprécia l’inventeur de la passe Daniel LUQUE présent dans le callejon. Le public sous le charme lui fit une forte ovation au retour au coral de son adversaire le plus intéressant de la soirée.

Juan Pedro GALAN se fait rare Le Jerezano qui fut l’enfant prodige des années  quatre vingt du siècle passé a peu toréé de matador construisant une carrière de festivals avant de défrayer la chronique. Le voilà de retour toujours dans la bienfaisance malheureusement pour lui il tomba sur un toro de quatre ans et demi qui s’il était loin d’être énorme, fut bien le plus difficile de la série. Le genio dépassait et de loin la caste il ne brilla pas à la pique et à la muleta se retournait sur place mettant son adversaire en difficulté. Galan nous offrit cependant une fena engagée et sincère même si l’art eut du mal à s’exprimer.




Enfin vint Octavio, le roi CHACON qui avait triomphé ici en fin d’été, nous offrit une fois de plus toute sa maitrise et son art au dernier novillo. C’est à une leçon de tentadero que c’est livré le maestro de  PRADO DEL REY montrant le toro sous son meilleur jour en exprimant la substantifique moelle tirant de lui tout ce qu’il y avait à tirer, un grand maestro. Certes l’animal n’avait pas de grandes qualités intrinsèques, mais le génie de CHACON fut de les exploiter à fond donnant une faena vibrante à un toro qui au départ n’avait aucune envie de vibrer un moment de pur bonheur pour les aficionados que nous sommes un cadeau des Rois Mages avant l’heure.


ARCOS avait bien fait les choses après une collation chaude prise pour la plus part dans les gradins de la plaza nous avons assisté à une agréable prestation équestre doma vaquera, dressage classiques et carrousel présentés par le centre hippique las Neves et son professeur Curro CALDERON, le grand ciel bleu et la température plus qu’agréable ont complété ce qui sera probablement notre dernière journée taurine de l’année 2022.

Jean Dupin

Page 1 sur 6

© 2023 Corridasi - Tous droits réservés