Catégorie : Actualité Page 2 sur 53

Les autres festejos

Calera et Chozas (Toledo). Novillos de Fernando Peña

Curro Bedoya, ovation avec salut; 

Javier Orozco, deux oreilles et oreille avec pétition de la seconde  

Carlos Olsina, deux oreilles et silence. 

Entrée: Trois quarts de plaza.

Arganda del Rey (Madrid). Novillos de Juan Pedro Domecq

Ignacio Olmos, silence avec un avis et vuelta al ruedo; 

Francisco de Manuel, ovation avec salut avec un avis et oreille; 

Fernando Plaza, silence et silence.

Suspendue à cause de la pluie   la corrida de toros  de  Los Yébenes (Toledo).   toros de El Ventorrillo, le  rejoneador Emiliano Gamero et  Javier Castaño et Gómez del Pilar

Communiqué Pena Carlos Olsina

La belle performance et le retour gagnant de Carlos Olsina après la cornada de Pedrajas de San Sebastian (Valladolid)

La semaine qui s’annonçait,était déjà un sacré parcours du combattant bien avant la corrida de Pedrajas de San Esteban. Après la cornada grave subie par Carlos, elle devenait un défi quasi impossible à relever. En
effet comment imaginer au soir du samedi 31 Août, à l’hopital de Valladolid, qu’il pouvait honorer ses contrats huit jours après. Et pourtant, malgré un coup de corne de 21 cms dans la jambe gauche, il était au
paseillo de Péralta le Dimanche 8 Septembre où il affrontait les pensionnaires d’Ana Romero.
Le lot est sorti bon dans l’ensemble mais compliqué, bien dans le type Santa Coloma, le vent n’arrangeant pas les choses. Sans une faiblesse aux aciers, sa reprise improbable aurait été synonyme de triomphe :
Oreille et Ovation, Bernabeu n’écoutant que le silence et Garzon faisant une vuelta et coupant une oreille.
Grosse satisfaction : malgré les points de suture, la blessure ne paru pas affecter Carlos outre mesure. Bien que ses déplacements soient un peu moins assurés, cela ne l’a pas empêché de dessiner de belles séries dont une très méritoire, à genoux.
Le lendemain Lundi 9, direction Arganda del Rey et les novillos de Tenorio. Après-midi de cauchemar
avec un vent épouvantable qui rendait le lot plus dangereux encore. Un lot de toros-toros, que Madrid
n’aurait pas renié : fort, imposant, en pointe, avisé….terrifiant ! Les piétons se sont accrochés ou ont expédié les affaires courantes : Aguilar : silence et ovation, José Rojo : silence et silence. Olsina réalisant quand à lui, deux faénas méritoires sur ses deux adversaires mais s’engageant difficilement à l’épée. Dans ces conditions difficiles, Charles était satisfait de ses sensations et disait s’être senti très bien devant son second. Silence et applaudissements.
Enfin hier Mardi 10, le dernier rendez-vous de cette série, l’amenait à combattre les Penajara à Villa del Prado. Comme souvent pour ne pas dire toujours,la novillada a été exigeante, réclamant de l’engagement,
de la lucidité et de l’aguante. Retrouvant toutes ses sensations, Carlos fort de ces qualités, fût « gusto » sur ses deux adversaires. De belles séries, bien enchainées et allurées. Des passes bien dessinées et serrées au possible malgré ce satané vent toujours aussi présent. La terrible blessure ne semblant être qu’un lointain souvenir, Charles s’engagea avec sincérité et sans retenue.Un pinchazo et une entière à chacun de ses novillos, oreille au premier pétition d’oreille partagée au second et ovation. Carballo coupant quand à lui un appendice et Atienza étant ovationné.

Si ce n’avait été cette légère défaillance à la suerte suprème, bien compréhensible au vu des circonstances, son retour dans les ruedos eût été un véritable triomphe. Il reste que l’exploit réalisé n’en est pas moindre,
car bien peu prédisaient un tel résultat une semaine auparavant.
On dit que les toreros ne sont pas des hommes comme les autres, qu’ils ne récupèrent pas pareil…Leurs facultés de récupération sont celles des toreros….Ce qui est sûr, c’est qu’après une cornada de cette importance et la semaine qui a suivi…on sait à quoi reconnaître un torero !
Prochain rendez-vous : demain Vendredi 13 à Calera y Choza, où l’attendent les novillos de Fernando Pena, et où Charles sera plus que jamais animé de cette force et de cette volonté car il est torero au plus
profond de lui.
Suerte y animo !
P.M
Communiqué Pena Carlos Olsina

Mont de Marsan: prix de la Peña A los Toros

Le Prix Paul Dorian, récompensant le meilleur toro de la Madeleine, reste desierto cette année encore. Les critères d’attribution et le palmarès sont disponibles sur le site de la Peña.

La Peña a décerné le Prix des Avenirs Taurins, récompensant le meilleur novillero sans picador de la Madeleine, à Solalito, pour la deuxième année consécutive.

(communiqué)

Guadalajara

Guadalajara, vendredi. Feria de La Antigua.

Toros de Luis Terrón pour rejones (1º et 4º); et de Miranda y Moreno. 

Diego Ventura, palmas et deux oreilles; 

Enrique Ponce, palmas et silence; 

Sebastián Castella, vuelta al ruedo et silence; 

Ángel Téllez, silence et silence.

Salamanque, oreille pour López-Chaves

Salamanque. Feria de la Virgen de la Vega. 1/2 arène.

Toros de Adelaida Rodríguez.

 Domingo López-Chaves, oreille et palmas; 

Damián Castaño, ovation et plamas;

Alejandro Marcos, ovation et palmas après avis.

Albacete: ce qui n’est plus possible!

Albacete, jeudi. Feria de la Virgen de los Llanos. Novillos de Juan Manuel Criado (1º, 4º et 6º) y Encinagrande (2º, 3º et 5º bis). Plus d’un tiers d’entrée.

 Diego San Román, ovation après avis, oreille et grande ovation après trois avis

 José Fernando Molina, oreille après avis ,oreille après avis et silence.

Il y a des choses qui ne sont plus possibles dans la tauromachie et ce que nous avons vu hier à Alabacete en font partie. Un novillero trop sûr le lui qui entend les trois avis après avoir pris le descabello trop tard et un novillo qui attendra plusieurs minutes en piste, lamantablement, un homme en civil lui donner le puntillazo final. Le troisième avis était légitime de la part de la présidence qui applique là un règlement implacable, mais peut-on de désintéresser de ce qui se passe ensuite dans le ruedo ? Cette attente est-elle légitime ? N’est-ce pas à un professionnel d’achever correctement un toro qui mérite un peu plus de respect ? Il va falloir répondre à une question claire : que fait-on après le troisième avis et comment le fait-on? Et une fois la règle édictée il faudra s’y plier.

Jusque là, Diego san Roman nous avait plu comme il l’a fait à Pampelune ou plus récemment à Hagetmau pour son entrega, son courage et ses capacités à proposer un toreo engagé et varié. Il sut justement conduire ce cinquième novillo de menos à mas et le final enjoué de la faena a séduit le public. Il tenait un succès légitime entre ses mains. Il tenta le recibir qui semblait peu approprié et le résultat fut ce pinchazo qu’il estima mortel contre toute évidence erreur fatale pour lui et qui ne sera pas sans conséquences pour un jeune homme, qui pourtant a marqué positivement la temporada.

José Fernando Molina a séduit. C’est un novillero sobre, classique qui ne s’embarrasse pas de fioritures bien dans le corte albaceteño avec cette recherche permanente du temple idéal. Très vert encore puisqu’il n’a que cinq novilladas au compteur cette année, il a plu et c’est encore un nom à retenir.

Novillada bien présentée qui dans l’ensemble eut de la noblesse et de la classe, notamment les troisième et quatrièmes qui furent applaudis par un public frigorifié par une vent violent.

Pierre Vidal

Mercredi: les autres festejos

Arganda del Rey (Madrid). Novillos de Victorino Martín

.Antonio Grande, silence et silence  ; 

El Rafi, vuelta al ruedo y oreja; 

Isaac Fonseca, silence et deux oreilles.

Villa del Prado (Madrid). Novillos de El Madroñal

Kevin de Luis, oreille et oreille; 

Francisco de Manuel, silence et silence  ; 

Fernando Plaza, silence et  silence.

Laguna de Duero (Valladolid). Novillos de José Luis Iniesta.

 Javier Orozco, ovation et oreille avec pétition de la seconde 

Miguel Senet “Miguelito”,  , oreille et oreille; 

Diego García, deux oreilles et silence

Entrée: Media plaza.

Los Santos de la Humosa (Madrid). Deux novillos de El Risco,  

Daniel Barbero, oreille; 

Gómez Valenzuela, blessé  en entrant à matar. Deux oreilles ‘le novillo a été estoqué par Barbero.

 Entrée: Lleno.

Albacete: une oreille pour Ginès Marin

Albacete, . Toros de Alcurrucén

Photo Aplausos

Román, ovation avec salut et ovation avec salut; 

Ginés Marín, oreille et ovation avec salut; 

David deMiranda, silence  et silence 

Entrée: deux tiers  .

Salut d’ Antonio Manuel Punta au second

Salamanque: une oreille pour Diosleguarde

Photo Aplausos

Salamanca, . Novillos de Casasola dont un sobrero 3 ter. 

Diego San Román, silence et silence avec un avis; 

Manuel Diosleguarde, ovation avec salut avec un avis et une oreille

Miguel Aguilar, ovation avec salut avec un avis  et ovation avec salut

Entrée: Un quart de plaza.

Valladolid: un mano à mano décevant

Valladolid, . Feria de Nuestra Señora de San Lorenzo. Deux toros de Juan Pedro Domecq (1  et 2), deux de Jandilla (3  et 4 ) et deux de Domingo Hernández (5  et 6). Bien présentés sauf ceux   de Juan Pedro, très justes, et de jeu inégal

 Morante de la Puebla, pitos, silence et grande bronca;   

Pablo Aguado, ovation avec salut, oreille et ovation avec salut. 

Entrée: Trois quarts.

Exceptionnel Iván García qui a posé deux superbes paires de banderilles au quatrième.
Ivan Garcia a été autant excellent à la brega qu’ aux banderilles.

© 2019 Corridasi - Tous droits réservés