Catégorie : Actualité Page 2 sur 60

Jairo Lopez deux oreilles, gagne la competencia dans les arènes de Arzacq-Arziguet

Présidence : Frédéric Marcel, assesseurs : Pascal Bouneau-Lavedan & Samuel Long

Public : remplissage à 90%

Musique : La Lyre Arzacquoise

6  novillos des frères Gallon

Bruno Martinez ( E.T Huesca)    : applaudissements et une oreille

Tomas Bastos     ( E.T Badajoz)  : une oreille et applaudissements et un avis   

 Prix de l’union des clubs taurin et des critiques taurin 

Jairo Lopez.    (E.T Citar Madrid) : silence et deux oreilles après avis et demande de vuelta du novillo par une partie du public Prix de l’Acosso

Sortie en triomphe de Jairo Lopez

Cette année la Ganaderia présente un ensemble avec un trapio homogène et de tête désigual. Tout au long de la course, on a eu un lot avec de la noblesse, une charge courte et de l’exigence. Le quatrième a eut un comportement légèrement manso et avisé.

Naturelle de Bruno Martinez

Bruno Martine sur son premier toro, le novillero effectue de jolies véroniques particulièrement appuyées à la cape. Les derechazos sont compliqués à effectuer, car le toro passe mieux à gauche qu’à droite. Les naturelles, qu’il effectue, sont plus appuyées. Le public l’encourage avec des applaudissements et la musique retentie. Au fer, il met une épée entière. Une pétition minoritaire  ne le récompense pas.

Face à son second toro tête haute Bruno Martinez a su montrer sa technique qui répond correctement aux sollicitations du toro . Des olés raisonnent lors du premier tiers. À la muleta, il appuie sur les derechazos ainsi que sur les naturelles afin de le fixer dans la muleta pour obtenir une oreille.

Tomas Bastos lors de la pose de banderilles
Tomas Bastos est vivement attendu après une bonne temporada 2023, dans le premier tiers le novillero a tendance à être légèrement dominé. Une de ces qualités et de poser les banderilles sur ses deux toros. Plein centre avec la muleta, il enchaîne de belles séries de derechazos. Il n’insiste pas trop sur la gauche. Il exécute un très joli changement de main. Sur sa première tentative il pinche et mets une épée engagée sur le second. Le président agite le mouchoir sur une pétition légèrement majoritaire.

Tomas Bastos n’exploite pas son second toro. Il exécute une faena propre qui ne porte pas sur le public. Il fait une série de naturelles. Les derniers derechazos sont plus profond qu’en début de faena. A l’épée, il est obligé d’utiliser le descabello. Il reçoit des applaudissements du public.

Derechazo de Jaire Lopez sur son second novillo


Jairo Lopez  : son premier novillo est un peu manso. Dans le premier tiers, il se fait prendre deux fois à la cape. Comme son prédécesseur, il pose les banderilles. Il fait de remarquables séries à droite et se fait prendre à deux reprises quand il attaque les naturelles. Sans convaincre, il n’a que le silence comme récompense.

Sur son second novillo le jeune Mexicain montre un tout autre visage. A la cape, il fait une série de lopesinas qui réveille le public. Aux banderilles, il exprime encore plus son talent que lors de son premier passage. Contrairement à son premier novillo, il trouve le sitio et la bonne distance. Il exploite la qualité de noblesse du novillo sur la droite comme à gauche avec de la profondeur lors de la faena. Cela transmet au public. Une épée entière légèrement de travers n’empêche pas le public très majoritairement de demander l’oreille. Le palco résiste plusieurs minutes avant de lâcher la seconde. Une partie du public demande vuelta qui n’est pas accordé. Le public sort ravi de cette première journée en attendant de se retrouver à Magescq.

Photos Roland Costedoat

Texte E.C

Que la temporada commence à Arzacq !

Arzacq Dimanche Fiesta Campera matinale.Trois quart d’arènes

Dorian Canton  deux oreilles

Deux piques

      Cette matinée commence par une capéa de la Ganaderia Agruna avec les élèves de Adour Aficion.  La première vache a une tête haute et beaucoup de fixité. Gwen est le premier à sortir. Très belle série à la cape. Jules sort en second avec les félicitations du Maestro.

Gwen devant la première vache

Richard Milian donne des conseils de douceur à Gwen lors du tercio à la muleta. Le public applaudi la prestation. Jules  sort en second. Richard trouve qu’il a des qualités naturelles. Il reçoit des applaudissements.Intervention du plus jeune élève d’Adour Aficion entre les deux vaches.

Jules devant la seconde vache


    La seconde vache est plus petite. Gwen la pare et Jules enchaîne avec des applaudissements. Richard reconnaît le calme de Jules .

   Avant d’entamer la seconde partie de la matinée. En hommage à Marcelle, un nouveau prix vient d’être créé par Régis Merchan à l’initiative  “Des carnets de Marcelle”. Pour cette première le neveu de Marcelle ainsi que Régis ont remis pour “la catégorie encouragements à Jules Dujols et Antoine M de l’école Adour Aficion.

Dorian Canton avec son second toro

Dorian Canton accueille à la cape un toro de la Ganaderia Gallon. Il a beaucoup de templé. Il reçoit deux piques de Laurent Langlois. Mathieu Guillon pose une jolie paire de banderilles. Le torero béarnais exécute  des faenas profondes et avec de l’alégria. Le public accompagne ces faenas avec des “olés”
Les naturelles se font une à une. Dorian valorise le toro de la Ganaderia.

  Pratiquement au centre de la piste , Dorian Canton tue d’une épée pleine et entière. Il finit au descabello efficace. Les applaudissements se font entendre. a matinée se termine par la présentation de la novillada non piquée.

Tomas Bastos reçoit le prix du neveu de Marcelle

   Pour le prix des carnets de Marcelle “prix de la révélation de la temporada 2023” Tomas Bastos

Fonseca triomphe à Morelia (Mexique)

Morelia (México), samedi. Plaza de toros El Palacio del Arte. 3/4 d’entrée.

Un novillo de Zacatepec et de Marrón, pour rejones.

Et quatre de Torreón de Cañas, bien presentés.

La rejoneadora Stefanía Uribe, ovation et saluts et vuelta al ruedo après avis

 Isaac Fonseca, oreille, oreille, oreille protestée et deux oreilles

Festival de Moralzazal

Moralzarzal, Madrid – Festival taurino au bénéfice de la Sociedad Española de Cirugía Taurina. Trois quart d’entrée.

Novillos, por orden de lidia, de Fuente Ymbro, Trinidad, Los Chospes, Domecq Núñez, Montealto, Garcigrande y Jandilla.

Diego Urdiales, oreille;

El Fandi, deux oreilles;

 Manuel Escribano, ovation;

 Cayetano, ovation après pétiotion;

Paco Ureña, ovation;

 Jiménez Fortes, ovation

Le novillero Fabio Jiménez, oreille.

Présentation des cartels de La Madeleine le 24

La Ville de Mont de Marsan vous donne rendez-vous samedi 24 février à 10h30 pour le dévoilement de l’intégralité des cartels de la feria de la Madeleine 2024.
En raison des travaux au théâtre Le Molière, l’événement sera organisé dans un autre lieu culturel incontournable du cœur de ville montois : le cinéma Le Grand Club. Charles Dayot, maire de Mont de Marsan, Pascale Haurie, présidente de la Régie des Fêtes et Animations et Christophe Andiné, président de la Commission taurine extra-municipale, présenteront les cartels complets de la feria, en présence de Jean-Baptiste Jalabert, mandataire des arènes du Plumaçon, et d’invités surprises. Pierre-Albert Blain, journaliste de France Bleu Gascogne, animera cette présentation. Le nombre de places étant limité, l’événement sera également retransmis en direct sur la page Facebook Arènes du Plumaçon.

Voyages avec Iris Event

sev14pk

Avec Iris Event, toutes sortes de voyages sont proposées, y compris taurins, bien sûr…

Profitez des ponts de l’hiver !!!

Novembre offre une belle opportunité de coupure grâce au Pont du 1er novembre…

Une date idéale pour venir visiter l’Andalousie lors d’un périple sur mesure, concentré sur deux destinations assez voisines pour éviter trop de route.

Séville- Cordoue sera votre programme avec un passage dans les monuments incontournables de chacune des cités.

Mezquita (cathédrale de Cordoue), Alcazar et cathédrale de Séville, le tout accompagné par notre service de guides conférencières pour dépasser le cadre de la visite seule et commencer par entrer dans l’histoire avec les anecdotes de ces héritages de l’invasion arabo-musulmane.

Un merveilleux carnet d’adresses vous sera donné pour aller à l’essentiel, sans oublier le service de conciergerie que nos hôtels partenaires sauront vous apporter.

Alors, une fois ce merveilleux périple réalisé, vous pourrez rêver de nouveaux départs, en attendant l’hiver…

Entreprises, CSE, en famille, entre amis…

Ne tardez pas pour réserver vos vacances à Baqueira-Beret. Vacances scolaires avec hôtels, cours de ski pour les enfants, activités hors ski. L’agence IRIS EVENT est partenaire de Baqueira-Beret…

Colombie

Envie de couleurs… La Colombie vous attend !

Il est toujours temps de préparer un voyage pour cette fin d’année et partir se laisser charmer par le Pays de l’Eldorado.

Des plages des îles du Rosaire à Cartagena de las Indias, au Parc Tayrona, en passant par la région du Café, voire un stop inimaginable à Leticia sur les bords du fleuve Amazone, on peut tout combiner pour vous offrir le voyage rêvé.

Il ne faut pas oublier Bogotá la capitale flamboyante, Medellín et sa comuna 13 ou Santa Marta la plus au nord.

Un programme sur mesure vous sera proposé pour que toutes vos envies trouvent place dans votre carnet de voyage.

La Colombie pour mettre un peu de couleurs dans vos yeux, en attendant l’hiver.

Voyages individuels sur mesure, en famille.

Voyages de groupes happy few

Séminaires, MICE, Incentive Entreprises..

IRIS EVENT

3 Chemin du Barail

SAUVAGNON 64230

France

Tel : 0559051602

contact@ irisevent.fr

https://www.irisevent.fr/theme/ferias/

sev14k

Ciudad Rodrigo: Juan Ortega et Diego Mateos deux oreilles

Plaza de toros de Ciudad Rodrigo (Salamanca). Lleno de no hay billetes. Quatrième festejo du Carnaval del Toro. Traditionnel festival.

Novillos de El Capea y Carmen Lorenzo, . 

El Capea, ovation; 

Juan Ortega, deux oreilles; 

Pablo Aguado, ovation; 

Diego Mateos, . deux oreilles.

Ciudad Rodrigo: rabo pour Ismaël Martin

Ciudad Rodrigo (Salamanca) – 

Novillos de José Enrique Fraile de Valdefresno. 

Valentín Hoyos, palmas après deux avis avis; 

Manuel Caballero (hijo), palmas après deux avis;

Ismael Martín, deux oreilles et la queue; 

El Mene, deux oreilles.

“DAAAAALI !”

Profitons de la sortie de l’excellent film de Quentin Dupieux « Daaaaali ! » qui bénéficie d’un succès populaire inattendu malgré une critique boudeuse pour évoquer une part de l’œuvre exceptionnelle et de la vie mise en scène de manière géniale, du Catalan : sa passion pour la tauromachie. En matière de toros, on se réfère souvent à son alter ego, Picasso, parfois aussi au colombien Botero –à juste titre bien sur- mais on oublie souvent de rappeler le lien direct de Dali avec l’univers des toros.

Il a d’abord consacré une de ses œuvres majeures à la tauromachie  « Le torero hallucinogène ».  Une huile sur toile de Salvador Dalí, datant de 1970, elle est exposée au Musée Salvador Dali de St. Petersburg, Floride, États-Unis. Il y travailla pendant deux ans. Elle regroupe une grande partie de ses thèmes visuels, éclatés en un foisonnement de détails et finalement rassemblés dans la grande figure cachée du torero suivant la méthode paranoïaque-critique chère à l’auteur. Les spécialistes présentent l’œuvre ainsi : « La mort est le sujet principal ; mort et sang du taureau dans l’arène, mort et larme du torero, hommage au frère mort, les anges de la mort, les mouches cadavériques, cheval mort et la femme de l’angélus dont Dalí était persuadé qu’elle priait pour son fils mort. Mais cette mort est aussi intimement liée à la résurrection : Le taureau mort est immédiatement remplacé par un suivant dans l’arène, les mouches pondent une promesse de vie dans le cadavre, et Dalí est la résurrection de son frère homonyme mort avant lui. Le torero dans ce sens, victime expiatoire d’un spectacle public, pourrait être une figure christique ».

Mais Dali aimait aussi mettre en scène ses passions. Ainsi on le vit s’installer en barrera de la Monumental de Barcelone pleine « a tope » cette après-midi-là, quelques secondes avant le paseo. Vétu d’une de ces vestes en velours et armée d’une cane eu pommeau d’argent, il était coiffé d’une sorte de bicorne en pain, énorme et grotesque. Il reçut alors une longue ovation de toute la plaza debout, saluant l’esprit si particulier de ce que l’on nommera le « catalanisme » auquel a succédé désormais l’appauvrissement mondialiste et avant tout mercantile porté par les indépendantistes.  

Dali qui avait lié une amitié très vive avec Paco Camino avait aussi imaginé de monter une corrida dans les arènes de Figueras -aujourd’hui détruites- où le sévillan défilerait. Un arbre –un chêne ?- poussait au milieu du ruedo et il avait été conservé. Le Maître devait organiser une corrida historique où les toros dument combattus et occis seraient transportés jusqu’à la gare de Perpignan qui comme chacun sit est « le centre du monde ». La corrida eut bien lieu mais en raison du mauvais temps l’hélicoptère ne put décoller et les toros finirent dans l’abattoir de Figueras. Le rêve dalinien ne put ce jour-là s’exprimer.

Demeure l’image vivante dans nos mémoires d’une intelligence originale, politiquement incorrecte, provocatrice et finalement séduisante qui fut, à sa façon paradoxale, un grand aficionado.

Pierre Vidal

Valdemorillo: oreille pour Perera et Pulido

Valdemorillo, Madrid – Troisième de la Feria de San Blas 2024.  Plus de trois quart.

Toros de Alcurrucén, 

• MIGUEL ÁNGEL PERERA, ovation et oreille

• PACO UREÑA, silence après avis et silence après avis

• GUILLERMO GARCÍA PULIDO, qui prenait l’alternative,  oreille et ovation après avis

I

Agustín de Espartinas a salué au 3ème Daniel Duarte au quatrième.

© 2024 Corridasi - Tous droits réservés