Catégorie : non-classé Page 4 sur 48

JEREZ DE LA FRONTERA : REOUVERTURE DE L’ECOLE TAURINE

La maire de Jerez Maria José Pelayo entouré de Juan José Padilla et de Rafael Valenzuela président de la Fodation.

Parfois les promesses électorales peuvent se réaliser ! La Maire de Jerez de la Frontera, Maria José Pelayo, en a donné la preuve éclatante hier en rendant officiellement les clés des arènes portatives de l’École Municipale de Tauromachie à Rafael Valenzuela, président de la fondation Cultura Taurina. On notait la présence d’une forte délégation municipale mais aussi de nombreux professionnels du monde du toro dont Juan José Padilla et les ganaderos jerezanos Santiago Domecq et Juan Pedro Domecq

Fermée depuis huit ans par la précédente municipalité socialiste, l’école de Jerez renaît de ses cendres, c’était jour de liesse pour tous les aficionados présents et au de-la pour toute l’aficion jerezana. Le projet de la fondation est particulièrement innovant. Il s’agit de la création d’un centre de divulgation et d’apprentissage ecosensible de la culture taurine dont l’école n’est qu’une partie, en fait nous assistons à la création de la première « université » taurine ouverte à tous pour promouvoir la culture taurine. A ce jour cette structure semble unique dans le monde taurin et il n’est pas surprenant que Jerez qui fût souvent dans le passé innovatrice en matière taurine, ne poursuive dans cette voie.

Maintenant que les locaux sont disponibles le vrai travail commence et c’est à toute l’aficion d’apporter son grain de sable pour sa réussite. L’aficion française sera bien évidemment la bien venue et Rafael Valenzuela nous a assuré que le drapeau français flottera en vbonne place sur ces nouvelles arènes.

Jean Dupin

Borja Jimenez triomphateur de la San Isidro

Clovis triomphe à Milhaud

Clovis a remporté le IVe Souvenir Béatrice Dumond pour la deuxième fois consécutive…

Beau temps, chambrée familiale. Trois becerros de la ganadería Turquay assez exigeants, guère aidés par la dureté de la piste.

Au début, il a été demandé au micro une minute d’applaudissements en hommage à Béatrice Dumond, ainsi qu’à l’ex-maire Jean-Michel Avellaneda, récemment décédé.

clov24k

Si les trois aspirants ont manifesté une envie évidente, Clovis Germain – ET Bézizers – a remporté ce concours de capéa pour avoir exprimé sans conteste la torería la plus aboutie.

mf24k

Les deux autres, Manuel Fuentes – ET Séville, second – et Juan de Morena – ET Pays d’Arles, troisième – n’ont pas démérité.

jdm24k

Avec ce succès, Clovis a gagné le droit d’intégrer le cartel de la Fiesta Campera du CT Toros y Fiesta qui se déroulera le dimanche 30 juin à la ganadería La Paluna.

milh24x

Il sera aux côtés de Rafi, Solal et Clemente Jaume pour lidier des novillaos de San Sebastian, La Suerte et La Paluna…

milh23f

Paul Hermé torofiesta.com

Un encierro à Mexico

Soutien à Patrick Laugier

Nous apportons ici tout notre soutien à Patrick Laugier grand éleveur, esprit libre et ouvert, généreux et qui eut un rôle important dans la défense des éleveurs français de toros de combats français. Nous le savons dans la peine et nous saluons le courage qu’il met dans ce combat pour la survie de son élevage pour lequel il a tant donné.

PV


Par ailleurs, une pétition a été lancée à l’intention de tous ceux qui ont décidé de le soutenir

https://www.change.org/p/justice-pour-l-%C3%A9leveur-patrick-laugier

Céret

Caceres : blessure de Morenito d’Arles

Le banderillero français Morenito de Arles a été attrapé par le quatrième de l’après-midi du fer de La Quinta à Cáceres, souffrant d’un coup de corne à la cuisse et d’une entaille à la tête. Il a été soigné à l’infirmerie des arènes elles-mêmes dans un premier temps.

Le banderillero Jairo Alexander Benavides, appartenant à la cuadrilla d’Emilio de Justo, a été blessé cet après-midi lui aussi dans les arènes de Cáceres, souffrant d’une « blessure contondante pénétrante incisée dans la mâchoire droite d’environ 8 cm dans le sens buccal, et d’une blessure par corne de taureau à l’aisselle gauche pénétrante avec déchirure musculaire »

La corrida a donné le résultat suivant:

Plaza de toros de Cáceres. Lleno de ‘No hay billetes’. Toros de La Quinta, (1º et 4º), El Pilar (2º et 3º). et Garcigrande, (5º et 6º). 

ALEJANDRO TALAVANTE, ovation, oreille et deux oreilles avec pétition de rabo

EMILIO DE JUSTO, deux oreilles, deux oreilles et oreille

San José del Valle: la fête au village

San José del Valle Festival de la féria. Lleno de no hay billetes.novillos de Salvador Domecq et 2 becerros de El Torero

3 novillos de Salvador Domecq et 2 becerros de El Torero

La réjoneadora Léa Vicens deux oreilles

Jesulin de Ubrique deux oreilles

EL Fandi deux oreilles

Le novillero sans picador Dario Cañas blessure au poignet gauche avec suspicion de fracture, transporté à l’hôpital de Jerez pour examen.

Angel Perez silence pour celui tué à la place de Cañas et deux oreilles.

C’est la fête au village au cœur de l’Espagne profonde avec un public passionné mais peu regardant dans ce traditionnel festival qui chaque année fait le plein. Un pèlerinage aux sources qu’il faut faire sans idées préconçues. Bien choisis, présentés modestement, les novillos de Salvador Domecq comme les becerros ont tous donné du jeu ; le cinquième (El Torero) le meilleur.

Léa Vicens n’a pas forcé son talent mais elle a tué d’un rejon d’effet rapide et donc eut droit à ses deux oreilles. Grande démonstration de Jesulin de Ubrique qui a encore de beaux restes. Il fit une démonstration de ce temple dont il a le secret et qui a animé sa belle prestation. Foutage de g… complet du Fandi venu en dilettante bandérillant à cornes passées et toréant sur le voyage. Bien le jeune David Cañas de Prado del Rey mais il abusa de la classe de son adversaire qui finit par l’envoyer à l’hopital de Jerez. Ennuyeux Angel Perez d’Arcos de la Frontera répétitif, superficiel, abusant lui aussi de la bonté de son adversaire. Comme ses camarades il coupa lui aussi deux pavillons. C’était le tarif du Jour.

Pierre Vidal

Mauguio

Nino Julián a remporté le IIe Trophée Daniel Gimenez pour avoir coupé trois oreilles lors de la novillada de la Romería 2024…

La première satisfaction de cette novillada est venue, comme l’édition précédente, de l’affluence puisqu’une nouvelle fois, il a été annoncé le No Hay Billetes !  Enhorabuena donc à Gilles et Matthieu Vangelisti, ainsi qu’à tous ceux qui autour d’eux ont œuvré pour donner ses lettres de noblesse à la tauromachie melgorienne !

maug01nhb

A l’issue du paseo, il a été observé une minute d’applaudissements à la mémoire de Thomas Guzman, un proche de la ganadería Blohorn qui nous a quittés récemment.

blohorn01vuelta

Il convient aussi de noter le comportement intéressant du bétail dans sa diversité, la palme allant sans conteste à « Cosserou », de Blohorn, qui a eu les honneurs de la vuelta posthume, lidié en cinquième position par Nino.

Novillos de San Sebastian et Pagès-Mailhan pour Lalo, Piedras Rojas et Blohorn pour Nino, et Gallon puis La Golosina pour Tristán.

Lalo de María : saluts puis bronca après trois avis.

Nino Julián : oreille et deux oreilles.

Tristán Barroso : saluts et silence.

lalo01k

Lalo de María a ouvert la séance avec le San Sebastian par larga de rodillas avant capoteo alluré puis deux rencontres, applaudie la première. Nino se distingua sur un quite par faroles puis brindis à l’assistance d’une faena débutée par deux cambios au centre comprenant quelques passages bien orchestrés face à un bicho ayant toutefois tendance à lorgner vers les tablas. Avec le Pagès-Mailhan qui prit deux piques sans brio, Lalo brinda à Patrick Alarcon, mayoral chez Blohorn, un trasteo composé de séries au cachet affirmé, avec toutefois quelques difficultés à transmettre. La faena s’éternisa au point d’entendre le troisième avis fatidique ternissant sa prestation à cause du mauvais emploi des aciers.

nino01k

Nino Julián a été particulièrement en verve ce jour, d’abord avec un jabonero de Patrick Laugier avec qui il se distingua au capote avant un puyazo suivi d’une brillante exécution du second tercio du Nîmois. A la muleta, face à son adversaire noble mais aux forces un peu limitées, il fit bouillir la marmite par une réception agenouillée au centre, donnant ensuite la distance lors d’échanges variés qui eurent l’heur de plaire aux étagères. Entière au second envoi. Mais c’est avec le Blohorn que Nino allait donner sa pleine mesure, bien soutenu par le public après un puyazo de Mathias puis un nouveau tercio de banderilles, Nino brindant ensuite au respectable la faena de la tarde. Très entreprenant, il profita des qualités de charge de Cosserou pour faire vibrer les gradins lors de séries enlevées, allègres et allurées. Entière un poil desprendida avant de se faire violemment repousser verdugo en main, deux mouchoirs blancs et un bleu tombant alors du palco dans l’alegría générale. Vuelta avec l’éleveur. On le reverra avec plaisir dans une quinzaine à Istres pour un mano a mano avec Marco Pérez très prometteur…

tb01k

La curiosité venait de Tristán Barroso, peu vu par chez nous, qui démarra avec un Gallon mal piqué en deux fois. Brindis à l’auditoire puis entame suave d’une faena ambidextre relevée par les bonnes réponses de son opposant, le tout conclu par demie. Pour clôturer la séance, le pupille santacolomeño de Juan Bautista s’employa au cheval, provoquant un batacazo sur le premier assaut. Tristán brinda ensuite à Patrick Laugier une faena débutée genoux dans le sable, affichant ensuite rythme et conviction sans toutefois excès de transmission, le tout s’escagassant hélas ensuite avec la ferraille.

nino01

En se retirant de cette novillada somme toute entretenue, le public affichait des marques de satisfaction… et les organisateurs aussi ! On ne va pas s’en plaindre, le plus important étant que ce rendez-vous semble avoir trouvé son public et sa date. En route vers le troisième no hay billetes l’an prochain ? Ojalá…

Paul Hermé torofiesta.com

Grenade

Plaza de toros de Grenade Troisième corrida de toros de la Feria de Corpus 2024. Plus de 1/2 entrée.

Toros de Álvaro Núñez

• MIGUEL ÁNGEL PERERA, oreille et oreille.

• ALEJANDRO TALAVANTE, ovation et oreille

• JUAN ORTEGA, oreille et oreille.

Grenade fêtait ce soir le souvenir de Frédérico Garcia Lorca qui avait été annulé en 2023 pour cause d’élections. Morante de la Puebla qui devait être chef de lidia avait déclaré forfait soit disant pour un litige financier avec l’empresa. C’est Miguel Angel Perera qui le remplaçait.
Les toros d’Alvaro Nunez, du trapio conforme au Nunez del Cuvillo dont ils sont originaires, de poids léger (autour de 470 kg) ont eu un comportement inégal: les 3 premiers, distraits chargeant tout ce qui bougeait, mais avec une embestida hésitante et ne durant pas plus de 3 séries avant de se réserver. les 3 derniers meilleurs, plus allants notamment le 4.
Perera, en grand torero dominateur a remarquablement lidié ses deux toros avec un quite superbe au premier et des circulaires sur 720 degrés. A son second, qui avait plus de fixité, 2 grandes séries à droite et encore des circulaires dominatrices: du grand Perera. La demie épée sera retirée et une grande estocade couchera le toro sin puntilla. La présidente subira une bronca des généreuses arènes de Grenade pour n’avoir pas accordé la deuxième oreille.
Talavante à son premier touche un toro qui ne charge pas malgré une soseria apparente. La faena difficile se conclura par un échec à l’épée. A son second, très encasté qui charge tout ce qui bouge, Talavante le fixe dans la muleta et lui impose une faena malgré ses derrotes obtenant une oreille.
Ortega, touche son premier dont la sortie abanto avait laissé quelque espoir, mais qui se réserve après la 3 ème série. Il entame une faena par doblones de très bon goût et qui incitent le toro à humilier malgré ses derrotes. Grande estocade entière en place et oreille. A son second, pris en mains par une grande série de véroniques, et qui chargera successivement les deux picadors, il mène une faena efficace après les doblones d’entrée avant que le toro ne s’échappe vers le toril où l’estocade entière légèrement desprendida sera foudroyante. Nouvelle oreille pour le maestro.

© 2024 Corridasi - Tous droits réservés