Page 3 sur 809

Juan Leal à Ciudad Rodrigo

Juan Leal à Illumbe (phot A. Viard)

Juan Leal a été récompensé de sa splendide actuation à Saint Sébastien: il sera à Ciudad Rodrigo ce lundi où il remplace David Galvan blessé. Corrida de Las Monjas, avec au cartel Fernando Tendero et Joaquín Galdós.

Dax, Cristian Parejo gagnant des sans picadors

Christian Parejo La Quinta Dax 17/08/2019 © Ferdinand De Marchi

Quatre erales de La Quinta, légers, dans le type de l’encaste, nobles et faibles pour :

Christian Parejo : salut, une oreille
Niño Julian : salut, deux avis et salut

Le gagnant de l’excellente novillada de la Quinta dans des arènes pleines au 3/4 est Cristian Parejo.

Christian Parejo remporte l’édition 2019 de la compétition ainsi que le prix des organisateurs du Sud-Ouest. Il reçoit une cape offerte par les clubs taurins Paul Ricard. Nino est aussi récompensé par les organisateurs du Sud-Ouest et reçoit une muleta des clubs taurins Paul Ricard.

Nino Julian La Quinta Dax 17082019 © Ferdinand De Marchi

Béziers, Niño de la Monja vainqueur des sans picadors

Arènes de Béziers (34), samedi matin. 1/2 arène.
4 erales de Robert Margé

Borja Escudero : Oreille 
Niño de la Monja : Deux oreilles après avis
Gualtiero Lopez : Vuelta après deux avis
Lenny Martin :Silence après avis

Le prix du Triomphateur de la matinée fut lo attribué à « Niño de la Monja » par le peña Monteblanco et l’Union des clubs taurins Paul Ricard.

Le Centre de Tauromachie de Nîmes/Catalogne réagit

Le Centre de Tauromachie de Nîmes/Catalogne a pris connaissance… de la nouvelle polémique que tente de créer l’association « one voice ».

Au-delà de présentation orientée des faits et de la prétendue infiltration d’un anti taurin, alors que tout un chacun peut assister aux activités de l’Ecole Taurine sur simple demande, il convient de rappeler que la Tauromachie, soit : l’art de combattre les toros, est légale en France et que les activités des écoles taurines sont pleinement reconnues dans notre pays.
Dernièrement, les juridictions administratives ont rappelé cette réalité qui ne convient pas à certains mais qui est incontournable.

La nouvelle campagne de l’association « one voice » fondée sur la duplicité et la déloyauté, est une nouvelle manœuvre, pour tenter d’imposer un point de vue, en manipulant les personnes, les circonstances et finalement le public susceptible de recevoir l’information.

La proximité de grands évènements tauromachiques en France, explique aussi cette tentative pour s’offrir à bon compte, une nouvelle tribune.

Le Centre de Tauromachie de Nîmes/Catalogne ne rentrera pas dans cette polémique stérile et hystérique.

Les activités de L’école se poursuivent et se poursuivront dans la sérénité et l’attachement fidèle à nos traditions taurines.

 Le Centre de Tauromachie de Nîmes/Catalogne souhaite également remercier les nombreux messages de soutien qu’il a reçu.

                                                      Le bureau du Centre de Tauromachie de Nîmes/Catalogne

Béziers, triomphe de Léa

A Béziers, triomphe de Léa Vicens qui a coupé trois oreilles aux toros de Bohórquez…Béziers. Environ 2/3 d’arène. Temps ensoleillé. Deux bons toros de Fermín Bohórquez pour le rejón et quatre de Jandilla nobles à divers degrés, mais inégaux de comportement pour les piétons.

lv16k

Léa Vicens (oreille et deux oreilles) débuta par une farpa puis trois banderilles avec Diluvio qui donnèrent le ton de sa prestation, la caballera poursuivant sur Bazuka en réussissant deux quiebros, avant de s’illustrer sur Deseado, puis concluant d’un rejón entier et un coup de descabello. Elle reçut ensuite son second avec Guitarra pour une farpa, puis montée sur Bético, Léa traversa le ruedo en templant avec son sombrero sous les acclamations de l’auditoire, avant de poser quatre banderilles. La suite avec Bazuka pour trois autres palos, avant des roses inégales avec Greco suivies d’une entière au second envoi. Une prestation bien enlevée et allègre qui eut l’heur de plaire à un conclave très démonstratif dans son admiration pour Léa, lui manifestant tout son soutien au moment de quitter le cirque a hombros…

edj16k

Emilio De Justo (oreille et saluts) débuta avec un client qui mit le souk au capote et après deux rencontres entrecoupées d’un bon quite par chicuelinas, il se distingua sur son entame de faena en se doublant avec allure, avant de se lancer dans des compositions quelque peu aux forceps et à la voix devant un adversaire noble, mais à la transmission limitée. En définitive, le coup de canon qui s’ensuivit provoqua une pétition logique. Le quinto alla taper violemment contre un burladero dès sa sortie, la pointe gauche s’en ressentant. Après deux assauts et des applaudissements pour Morenito d’Arles au second tercio, Emilio brinda au conclave une faena décidée dans son entame, mais qui par la suite ne lui permit pas vraiment d’exposer autre chose que son envie et son sérieux face à un bicho aux conditions déclinantes. Entière au second coup. 

pa16k

Pablo Aguado (oreille et silence) se fit remarquer par des capotazos stylés après une premier assaut finissant par batacazo, puis un second plus sévère. Bon second tercio, notamment de la part d’Iván García, puis entame de faena suave, Pablo soignant le geste sur des séries allurées données en alternance. C’est toutefois sur la gauche, qui fera démarrer la musique, qu’il fit grimper le thermomètre, se tirant d’un mauvais pas en trébuchant, avant de conclure par entière. Après un capoteo soigné, deux rencontres puis un tercio de banderilles applaudi, le Sévillan ne put doubler la mise face aux complications auquel il répondit toutefois par un remarquable effort, toujours en essayant de bien donner le change. Un tiers de lame puis descabello.

rm16k

En matinée, avec des gradins bien garnis pour ce genre d’exercice, autour de 2500 personnes, novillada non piquée entretenue grâce au bon jeu des erales des Monteilles (Margé), avec vuelta au premier, et l’entrega d’un quatuor d’aspirants toreros qu’il convient d’englober dans les mêmes éloges et encouragements…

lm16k

Lucas Miñana (deux oreilles), de l’école taurine de Béziers-Méditerranée, brinda à Michel Bouisseren une faena débutée à genoux avant de se relâcher, notamment sur plusieurs de derechazos bien conçus. Son adversaire buvait la muleta en répétant sans cesse, le Biterrois poursuivant en incluant une touche originale à son traesteo, effets condistas compris.

lm16w

Après une demi-lame, le bicho mourut en brave, bouche fermée, et eut droit sur l’insistance du public à une vuelta pothume. Ensuite, Lucas fêta ses deux trophées avec Olivier Margé et sa fillette Lily Rose.

an16k

Anaïs (deux oreilles), elle aussi de l’école biterroise, se fit applaudir au capote avant d’aller brinder à Olivier Margé et sa fille une faena courageuse et enlevée parsemée de gestes harmonieux face à un eral noble, mais qui était juste de forces. La torera se mit notamment à son avantage sur une série de naturelles suaves et promena, après une entière tendida, deux pavillons… qui n’avaient rien de complaisance !

jc16k

Javier Camps (vuelta), de l’école taurine de Valencia, étala de bonnes manières au cours d’un trasteo brindé aux gradins qui ne manqua pas d’allure et qui aurait pu connaitre un meilleur sort si la conclusion avait été mieux réussie.

fc16k

Fabien Castellani (oreille) exposa quelques beaux gestes au capote avant de brinder à sa marraine une faena compacte, décidée et qui ne manqua pas d’allure face à un Margé qui n’en était pas non plus dépourvu ! Entière au second envoi.

nsp16k

A l’issue de la course, le trophée de l’Union des Clubs Taurins Paul Ricard, représentée par son délégué Laurent Cadène, et le CTPR « Badamoscas » de Florensac, ont remis une muleta à Anaïs, déclarée vainqueur de cette NSP. Enhorabuena à la lauréate, sans oublier ses compañeros et les ganaderos…

nsp16z

Paul Hermé torofiesta.com

Bilbao, Francis Wolf prix Ivan Fandiño

Ce samedi matin à l’ Hotel Carlton de Bilbao, le philosophe français Francis Wolf  recevra le « Prix Iván Fandiño a los valores humanos” qui a été créé par Néstor García, apoderado du torero disparu, et Javier Bustamante, promoteur de Toro Cultura. Ce pris est patronné par l’Hotel Carlton de Bilbao et l’agence de communication Lowe Marketing.

C’est une belle reconnaissance pour l’auteur de « Philosophie de la corrida », « Cinquante raisons de défendre la corrida » et de « L’appel de Séville » et aussi de de « Trois utopies contemporaines ».

Francis Wolf philosophe reconnu dans le monde entier pour l’ensemble de ses travaux à toujours défendu la corrida avec talent et une grande force de conviction. Il s’est appuyé pour cela sur des concepts rigoureux, faisant preuve d’un grand esprit de tolérance. C’est toute l’aficion française qui est récompensée à travers ce prix très symbolique puisqu’il évoque le souvenir d’un grand torero disparu dans des circonstances tragiques. Dans la cacophonie ambiante et le sectarisme galopant de nos médias, c’est une récompense qui nous conforte.

Pierre Vidal

Intéressants éliminatoires des NSP à Dax

Cinq erales de Miranda de Pericalvo , bien présentés, nobles pour

Miguel Uceda Vargas Miranda de Pericalvo Dax 16/08/2019 © Ferdinand De Marchi

Miguel Uceda Vargas : vuelta

Christian Parejo Miranda de Pericalvo Dax 16082019 © Ferdinand De Marchi

Christian Parejo : une oreille

Pablo Jaramillo Miranda de Pericalvo Dax 16082019 © Ferdinand De Marchi

Pablo Jaramillo : un avis et salut

Tristan Espigue Miranda de Pericalvo Dax 16082019 © Ferdinand De Marchi

Tristan Espigue : une oreille

Nino Julian Miranda de Pericalvo Dax 16082019 © Ferdinand De Marchi

Niño Julian : deux oreilles

Sont qualifiés pour la finale : Christian Parejo et Niño Julian

Plus d’une demi arène

animation musicale de l’Harmonie Mugronnaise au top

Soleil sur la cité thermale

Communiqué de l’UVTF

Dax, deux oreilles pour Castella

Dax vendredi. 3/4 d’arènes.

Toros de Jandilla justes de présentation manquant de caste et de race.

Diego Urdiales, silence et oreille; 

Sébastien Castella, deux oreilles et ovation et saluts; 

Toñete, silence et silence

Photos Roland Costedoat

Une nouvelle fois les toros ont gâché l’après-midi des toreros et du public aux arènes de Dax. Justes de présentation , les  toros de Jandilla ont manqué de race et caste. Mansos  ils ont été plus violents que braves au cheval . A la muleta, ils ont eu un  comportement de mansos sin casta.

Il n’y avait pas grand-chose à tirer du premier toro de Diego Urdialès qui fêtait les 20 ans d’alternative. Face au quatrième, manso sans beaucoup de race, il fait une démonstration de ses qualités de lidiador et de son sens artistique. Il a coupé une oreille après une faena construite et dominatrice.

Sébastien Castella a touché un premier toro insipide et sans grand intêret. Pro et torero, il a construit une faena à un a un ersatz de toro qu’il a inventé. Le résultat est remarquable mais de là à donner deux oreilles, n’exagérons pas. Le cinquième est un manso perdido auquel le biterrois tire le peu de passes que le toro renferme.

Toñete ne peut rien faire de l’invalide sorti en troisième position. Il n’a pas le bagage et le recours pour résoudre les problèmes posés par le sixième.

rt

Vitigudino, rabo pour Lopez-Chaves

Vitigudino , vendredi. 1/2 arène

Toros de Monteviejo (1º et 4º, Crujidor, n° 15, negro entrepelado, né en 11/15, noble, vuelta al ruedo), pour rejones, et Victorino Martín, pour la lidia à pied. Le cinquième, Alevoso, numéro 107, negro, né en 05/15, noble vuelta al ruedo.

Le rejoneador Leonardo Hernández, ovation et saluts et deux oreilles et la queue; 

Photo Tauroemocion

Domingo López-Chaves, ovation, et deux oreilles et la queue Rubén Pinar, oreille et oreille. 

Page 3 sur 809

© 2019 Corridasi - Tous droits réservés