Mois : juin 2023 Page 3 sur 15

Istres, le bilan avec Bernard Carbuccia

Par Paul Hermé torofiesta.com

bm25pk

Rencontre avec Bernard Marsella, directeur des arùnes d’Istres, afin de dresser le bilan de la Feria 2023 au Palio


Avant d’entrer dans le vif du sujet, disons qu’Istres a bĂ©nĂ©ficiĂ© d’une conjoncture favorable correspondant Ă  son caractĂšre et ses attentes. En effet, les planĂštes Ă©taient incontestablement alignĂ©es, que ce soit sur le plan de la mĂ©tĂ©o, ce qui n’a pas toujours Ă©tĂ© le cas, ou du contenu et des rĂ©sultats, avec chaque jour des motifs de satisfaction


« Je suis satisfait de la feria 2023, avec le sentiment d’avoir accompli ma mission. Nous avons eu la chance d’avoir une trĂšs belle mĂ©tĂ©o, c’est important, et nous avons connu un beau succĂšs populaire car il y a eu beaucoup de monde aux arĂšnes, mais aussi en ville. Nous avons connu pas mal de succĂšs artistiques, avec une trĂšs grosse couverture mĂ©diatique avec une belle rĂ©percussion pour la ville et des retombĂ©es Ă©conomiques sans prĂ©cĂ©dent cette annĂ©e au vu du monde qu’il y a eu partout.

bm25k

C’est une grande feria, plus particuliĂšrement au Palio oĂč chaque jour il s’est passĂ© des choses, avec la satisfaction d’avoir pu mettre deux fois le panneau du « no hay billetes », le vendredi et le dimanche, mais aussi plus de trois quarts d’arĂšne le samedi et on a frisĂ© les 2000 personnes pour la novillada ! Le plus important, c’est bien que les gens soient sortis tous les jours contents des arĂšnes. Je pense que l’on a pu leur donner du bonheur, que chacun a pu trouver ce qu’il Ă©tait venu chercher Ă  Istres oĂč il y en a eu pour tous les goĂ»ts


Ce qui m’a touchĂ© sur cette feria, c’est que du plus modeste au plus huppĂ© des toreros, Istres a Ă©tĂ© considĂ©rĂ© non pas comme un vulgaire pueblo, mais comme une arĂšne Ă  prendre au sĂ©rieux. C’est quelque chose qui me touche Ă©normĂ©ment et pour moi, cette feria a Ă©tĂ© l’une des plus complĂštes. En outre, on a bien ressenti cet engouement qu’il y a actuellement pour la corrida et j’ai trouvĂ© qu’il y avait pas mal de jeunesse aux arĂšnes. Tout ça ne peut que motiver la municipalitĂ©, mais moi aussi, pour se projeter dĂ©jĂ  sur 2024 en essayant de toujours surprendre l’aficionado
 

arr25g

Pour l’ouverture le vendredi, on a eu un lot de Cuvillo inĂ©gal mais dont certains ont permis aux toreros de briller, avec un Roca Rey qui avec deux oreilles assurĂ©es Ă  son premier n’était pas obligĂ© de faire l’effort qu’il a consenti Ă  son second qui est sorti pas mal compliquĂ©, exigeant. On a vu qu’il n’était pas le numĂ©ro un par hasard, il a torĂ©Ă© comme s’il Ă©tait Ă  Madrid ! 

as25k

Adrien Salenc – Adriano – se devait de se rĂ©volter, il l’a fait et sa dĂ©marche a Ă©tĂ© fĂȘtĂ©e et rĂ©compensĂ©e. C’est vraiment trĂšs bien pour lui


map25k

Le samedi, la corrida la plus complĂšte a Ă©tĂ© de loin celle de Jandilla, avec un Perera qui n’est certes pas une dĂ©couverte et pour sa prĂ©sentation Ă  Istres, avec sa science, sa perfection, ses faenas millimĂ©trĂ©es, il a mis tout le monde d’accord. 

clem25k

Quant Ă  Clemente, il a Ă©tĂ© le grand gagnant de cette corrida, avec beaucoup de torerĂ­a. Il aurait mĂȘme pu couper les oreilles de son premier s’il n’avait pas pinchĂ©, mais on a lĂ  une pĂ©pite avec une grande projection. C’est avec beaucoup d’émotion que je l’ai vu triompher
 car comment ne pas se souvenir ce jour-lĂ  d’Amor Antunez « El Andaluz » !!!

nino25k

Dimanche matin, on a tous Ă©tĂ© déçus, Jean-Baptiste le premier, par la novillada de La Golosina oĂč Nino, avec le lot le plus potable, s’est bien bagarrĂ© et a dĂ©montrĂ© toute son envie d’ĂȘtre torero.

lalo25k

Lalo de María, avec un lot sans aucune option, a été plus que digne et mérite de revenir à Istres dans de meilleures conditions.

charra25k
mex25k

Enfin, pour le final avec la Charra, c’est devenu une tradition au Palio. Une trĂšs grosse entrĂ©e, cette corrida festive dĂ©butant par un spectacle au son des mariachis pour une clĂŽture de cette feria avec des Victoriano del RĂ­o qui revenaient pour la quatriĂšme fois d’affilĂ©e, sortant le lot – au demeurant desigual – le moins bon depuis sa venue chez nous. Les trois matadors auraient pu sortir en triomphe puisque la puntilla a privĂ© Castella, dans un grand moment, d’une deuxiĂšme oreille Ă  son premier.

sc25k

Pour sa part, Daniel Luque nous a offert Ă  son premier un authentique chef-d’Ɠuvre avec une faena de haute sensibilitĂ© accompagnĂ©e du Concerto d’Aranjuez sur lequel il a torĂ©e sur un tempo parfait. Un moment inoubliable, avec inspiration et torerĂ­a. Lui aussi est dans un moment sensationnel, c’est un grand artiste
 

dl25k

Puis pour l’épilogue, il y a eu ce scĂ©nario totalement fou avec ce manso pour Valadez. Comme quoi jamais rien n’est prĂ©parĂ© Ă  l’avance ! Ce toro est sorti avec beaucoup de mĂ©chancetĂ©, d’agressivitĂ©, de forces, il a mis une vĂ©ritable rĂ©volution ! Le piquero et le cheval sont allĂ©s violemment Ă  terre Ă  deux reprises et le plus touchant, c’était de voir cette solidaritĂ© de toutes les cuadrillas pour tenter d’ordonner les choses en piste. 

bat25k

Je crois que le grand mĂ©rite de Leo Valadez a Ă©tĂ© dĂ©jĂ  de se convaincre qu’il y avait quelque chose Ă  faire et d’arriver Ă  convaincre aussi le public, qui avait dĂ©jĂ  abdiquĂ©, qu’avec ce toro il allait se passer quelque chose de fort !

lv25h

On l’a vu dĂšs son quite par zapopinas oĂč il a mis les arĂšnes Ă  l’envers, et Ă  base d’entrega, de volontĂ©, de courage et d’inspiration, il a inventĂ© une faena conclue par une trĂšs grande estocade, ce qui a fini de faire basculer cette corrida dans le triomphe. 

lv25k

Comme quoi il s’est passĂ© des choses Ă  tous les spectacles et c’est formidable pour Istres, pour la suite. Je dois dire que je suis content aussi pour le maire qui est le dĂ©tonateur de tout ça. Pour son dernier geste en tant que PrĂ©sident de l’UVTF, il a souhaitĂ© rendre hommage au corps mĂ©dical car il ne fait pas oublier que sans ces praticiens, il n’y aurait pas de corridas !

ist25g

MĂȘme si le morceau le plus important a Ă©tĂ© consommĂ© pour cette temporada, n’oublions pas cependant l’évĂ©nement dont le Palio sera le cadre en octobre. Pour les dĂ©buts de Marco PĂ©rez en novillada piquĂ©e le 15, la billetterie a Ă©tĂ© prise d’assaut, il y a vraiment un engouement particulier. Cette course va ĂȘtre trĂšs attendue par l’aficion, il va y avoir Ă©normĂ©ment d’espagnols et j’espĂšre que ça clĂŽturera en beautĂ© une grande temporada. 

ist20h

2023 aura Ă©tĂ© un cru de premier choix et dĂšs que cette novillada sera terminĂ©e, il sera alors temps de se pencher sur le projet de l’annĂ©e suivante qui s’annoncera trĂšs vite, comme de coutume dĂšs le mois de janvier, afin de pĂ©renniser la tauromachie Ă  Istres de maniĂšre exceptionnelle. Â»

mp25k

Nouvelle date pour Juan Leal

CommuniquĂ© de l’ONCT : la corrida Ă  la hausse

Andoni Verdejo enchante le public de la matinale de Saint Sever

Lors de la derniĂšre journĂ©e des fĂȘtes de Sever, le matin a eu lieu une fiesta campera avec des toros de la Ganaderia de Camino de Santiago pour Andoni Verdejo , Pablo Hernandez et Hugo Tarbelli trois Ă©lĂšves de Adour aficion  

Fiesta Campera

Temps couvert légÚrement humide

ÂŒ d’arĂšnes

2 Novillos du Camino de Santiago, vuelta au premier.

Andoni Verdejo 2 oreilles et vainqueur de la meilleure faena

Pablo Hernandez Silence

Hugo Tarbelli sobresaliente

Andoni Verdejo est tombĂ© sur un eral bien prĂ©sentĂ© avec de la noblesse. Pablo Hernandez fait un quite.  Ce toro permet Ă  Andoni de s’exprimer depuis quelques mois Ă  la cape et Ă  la muleta. Il termine sur une belle Ă©pĂ©e. Ce qui lui permet d’obtenir deux oreilles. Une vuelta du toro est aussi effectuĂ©.

Pablo Hernandez faisait sa prĂ©sentation en public avec un eral identique au prĂ©cĂšdent; Hugo Tarbelli lui a fait un quite. Pablo et Hugo posĂšrent chacun une paire de banderilles. Pablo a montrĂ© les limites de son niveau face Ă  ce toro un peu plus compliquĂ©. AprĂšs plusieurs tentatives infructueuses Ă  l’épĂ©e.

C’est Hugo Tarbelli qui met une Ă©pĂ©e entiĂšre et trĂšs engagĂ©e lĂ©gĂšrement de cĂŽtĂ©. Pablo utilise le descabello.

texte et photo Nicolas Couffignal

Las Ventas, oreille pour Pulido

Plaza de toros de Las Ventas (Madrid). Plus d’un quart. Novillada de triunfadores.

Novillos de Fuente Ymbro (1Âș, 2Âș et 3Âș), et Montealto (4Âș, 5Âș et 6Âș bis).

JORGE MARTÍNEZ, ovation aprùs avis et ovation;

GARCÍA PULIDO, silence aprùs avis et oreille;

MARIO NAVAS, ovation et silence aprĂšs avis.

Alicante, Rafaelillo retrouve sa place

Plaza de toros de Alicante. DerniÚre de la feria de Hogueras.  Trois quart.

Toros de Victorino Martín

RAFAELILLO, deux oreilles et une oreille aprÚs avis

MANUEL ESCRIBANO, ovation et oreille aprÚs avis

PABLO AGUADO, silence aprÚs avis et ovation

Saint-Sever: positive opposition des contraires

Photo bruno Lasnier

Dimanche. ArĂšnes de Saint-Sever. Corridas des fĂȘtes. No Hay Billetes, le premier depuis 30 ans.

Photo Nicholas Couffignal

Toros de Puerto de San Lorenzo (3 et 4) et La Ventana del Puerto (1, 2, 5 et 6),

SEBASTIEN CASTELLA, oreille aprĂšs avis, oreille aprĂšs avis et oreille;

EMILIO DE JUSTO, saluts; saluts et deux oreilles.

Sobresaliente Jérémy Banty

Les deux toreros ont Ă©tĂ© appelĂ©s Ă  saluer Ă  l’issue du paseo.

L’opposition des contraires est nĂ©cessaire Ă  la rĂ©ussite de spectacles comme les mano Ă  mano souvent poussifs et parfois ennuyeux. Cela fit hier la saveur et en dĂ©finitive le succĂšs de ce rendez-vous de Morlanne qui connut, il faut le souligner, un succĂšs populaire qui, avec la rĂ©ussite de La BrĂšde, devrait clouer le bec Ă  nos adversaires -la corrida fait partout florĂ©s ne leur en dĂ©plaise. Cette opposition de style et de personnalitĂ© s’est manifestĂ©e parfaitement hier avec d’un cĂŽtĂ© le clacissisme rigoureux de Castella et de l’autre l’enterga brĂ»lante de d’Emilio de Justo. On sentait des deux bords mieux qu’une volontĂ© de bien faire, une volontĂ© d’en dĂ©coudre : de gagner le match. C’était palpable entre les cuadrillas elles-mĂȘmes, en toute correction Ă©videmment. Ce dĂ©sir de vaincre a sans doute pesĂ© dans l’issue d’une soirĂ©e qui a donnĂ© du bonheur aux gens. N’est-ce pas l’essentiel ?

Le lot “del Puerto” homogĂšne, bien bĂąti, commodĂ©ment armĂ©, conforme Ă  une arĂšne de cette catĂ©gorie, a fait preuve de noblesse dans l’ensemble. Juste de force il a manquĂ© parfois de transmission, le quatriĂšme a fait une vuelta de campana prĂ©maturĂ©e qui hypothĂ©qua la suite de son combat. Le sixiĂšme fut le meilleur du lot, avec de la race, des charges Ă©mouvantes et rĂ©pĂ©tĂ©es. Ainsi, on avait gardĂ© le meilleur pour la fin…

Photo Bruno Lasnier
Photo Bruno Lasnier

Castella vise la perfection. C’est cela le SĂ©bastien nouveau : un artiste exigeant qui possĂšde une riche palette dont il fait usage avec rigueur : la bonne impulsion au bon moment, la passe idoine quand elle est nĂ©cessaire, ni plus ni moins; l’essence du toreo ou, dit autrement, le toreo essentiel. On a pu le voir lors de ses trois passages : il gĂšre tous les moments de la lidia avec autoritĂ©, attention et perspicacitĂ© et cela vaut pour lui-mĂȘme, bien sĂ»r, comme pour ses toreros de plata qu’il dirige d’une main de fer. C’est ainsi qu’au moment de la faena il sait parfaitement Ă  qui il a affaire et cet avantage qu’il se donne va lui servir pour bĂątir des faenas subtiles, Ă©lĂ©gantes et engagĂ©es.

photo Bruno Lasnier
Photo Bruno Lasnier

Ses trois passages ont Ă©tĂ© marquĂ©s essentiellement par son sens du temple qui s’est exprimĂ© de maniĂšre spectaculaire face au quatriĂšme. Ses faenas sont allĂ©s de menos Ă  mĂ s et jamais elles n’ont Ă©tĂ© heurtĂ©s, rarement la muleta fut touchĂ©e. Le corps toujours parfaitement en phase avec les exigences du combat, le torero bitterois a montrĂ© une aisance parfaite face au cinquiĂšme toro notamment dans un moment de pur encimisme, dans les cornes du toro: une petite tape amicale sur le frontal du minautore dĂ©clenchant sa charge. On regrettera des Ă©pĂ©es souvent tombĂ©es car tout cela mĂ©ritait des conclusions meilleures.

photo Bruno Lasnier

PlacĂ© en position de challenger puisque Castella avait coupĂ© une premiĂšre oreille –malgrĂ© une pĂ©tition minoritaire-, Emilio de Justo sortit comme un bolide Ă  tous ses toros dĂ©butant par largas Ă  genoux. Il fut d’ailleurs vibrant Ă  la cape proposant les moments les meilleurs de la tarde dans ce secteur. Emilio qui compte de nombreux amis dans la rĂ©gion y est considĂ©rĂ© comme une sorte de fils adoptif. Il avait la sympathie du public et sa premiĂšre faena, dĂ©cousue certes connue de bons moments, des sĂ©ries enthousiasmantes. L’épĂ©e (trois pinchazos, une entiĂšre tombĂ©e) l’empĂȘcha d’égaliser et il ne cacha pas un certain dĂ©sarroi devant cet Ă©chec. Il sut garder debout le quatriĂšme proche de l’invaliditĂ© et sauva ainsi l’honneur du prĂ©sident qui n’avait pas voulu le changer.

Photo bruno Lasnier
Photo Bruno Lasnier

Avec le sixiÚme il trouva un adversaire à sa mesure car il faut du répondant pour que le Cacereño exprime toutes ses qualités. Faena émouvante avec des séries parfois bousculées mais portant sur le public par leur émotion. Final réussi avec une série de manoletinas ajustées et une estocade foudroyante qui lui permit de sortir en triomphe lui aussi.

Le public ravi resta longtemps dans les arĂšnes aprĂšs le dĂ©part des toreros y allant de ses commentaires : les uns tenant pour SĂ©bastien, les autres pour Emilio. Joies de la controverse, bonheur du dĂ©bat: tous les goĂ»ts sont dans la nature…

Pierre Vidal

LA BREDE : LA CONSTANCE DE CLEMENTE

par Antonio ArĂ©valo Photos : Bruno Lasnier

Le matador de Bordeaux est dans un moment important, avec peu d’opportunitĂ©s mais il les saisit toutes et n’en laisse pas passer une seule. Parce qu’il est en confiance. Ses deux toros de MargĂ© a priori ne permettaient pas de briller, en particulier son premier qui Ă©tait faible et souvent Ă  la dĂ©fensive.

Clemente, avec aisance, s’est imposĂ© Ă  lui, mĂȘme si parfois il Ă©tait un peu distant du toro. En tout cas il a coupĂ© une oreille aprĂšs une bonne estocade. Le quatriĂšme avait Ă  humilier et si on lui baissait trop la main il pouvait chuter. C’est Ă  mi-hauteur que le matador a trouvĂ© la solution pour mettre en confiance le toro et conclure de trĂšs belles passes, dont une sĂ©rie sans l’ayuda. Une nouvelle fois ClĂ©ment a Ă©tĂ© redoutable Ă  l’estocade.

La mort du toro fut Ă©mouvante, celle d’un toro qui renfermait au fond de lui plein de caste. Une partie du public demanda un tour de piste qu’une prĂ©sidence gĂ©nĂ©reuse accorda. Clemente fut rĂ©compensĂ©e de deux oreilles.

SĂ©bastien Castella dans les gradins Ă  La BrĂšde

El Rafi eut une bonne prestation face Ă  son bon premier toro de MargĂ©. Il y eut plein de « sentimiento Â» dans sa faena, mĂȘme si parfois le matador nĂźmois n’Ă©tait pas dans le tempo du toro, ne lui imposait pas le temple que le MargĂ© lui demandait. MalgrĂ© tout, on put voir des passes Ă©lĂ©gantes et une personnalitĂ© diffĂ©rente et qui connecte bien avec le public. Il coupa une oreille. Devant son suivant, qui avait une bonne corne gauche, on le vit soudainement trĂšs nerveux avec un toreo prĂ©cipitĂ©, trop rapide. Dommage ! C’est un torero avec du potentiel, il faut qu’il s’affirme, se pose moins de questions et se relĂąche.

Maxime Solera, bien plus que ses deux compatriotes, manque encore d’expĂ©rience. Il est tenace, pas trĂšs esthĂ©tique mais il est difficile de le juger avec si peu de bagages. En tout cas, il a trĂšs bien tuĂ© et son estocade au premier valait l’oreille qu’il a coupĂ©e.

La BrĂšde, 24 juin. Presque « lleno Â», quelques trous au soleil. TempĂ©rature estivale.

Toros de Robert MargĂ©, bien prĂ©sentĂ©s, certains manquant de force, d’autres avec de la classe, comme second et troisiĂšme, intĂ©ressants cinquiĂšme et sixiĂšme, plus compliquĂ© le premier. Un tour de piste, gĂ©nĂ©reux, fut accordĂ© au quatriĂšme, « Seigneur Â» 480 kilos, n°9106.

Clemente oreille et deux oreilles.

El Rafi oreille et oreille.

Maxime Solera oreille et silence.

LĂ©a Vicens totalise Ă  LeĂłn

LeĂłn (LeĂłn).- PremiĂšre de Feria. Samedi.

Toros de Hdros. de Ángel SĂĄnchez y SĂĄnchez (5Âș vuelta al ruedo)

Rui Fernandes, ovation et silence

Diego Ventura, ovation et deux oreilles et la queue

Lea Vicens, deux oreilles et deux oreilles et la queue

Alegeciras Ferrera gracie un toro de Victorino

Plaza de toros de Algeciras (CĂĄdiz). QuatriĂšme de la Feria Real. Un tiers.

Toros de Victorino MartĂ­n. Le quatriĂšme, ‘VeronĂ©s’, a Ă©tĂ© graciĂ©.

ANTONIO FERRERA, oreille et deux oreilles et la queue symboliques;

MANUEL ESCRIBANO, ovation et pétition et deux oreilles;

MIGUEL ÁNGEL PACHECO, oreille et oreille aprÚs avis .

© 2023 Corridasi - Tous droits réservés