Mois : juillet 2023 Page 2 sur 19

Matinale de Adour Aficion lors de la Capea Ă  Hagetmau

ElĂšves Adour Aficion

En attendant la premiĂšre novillada dans les arĂšnes Marcel Lux. Les organisateurs ont organisĂ© une capea avec l’Ă©cole Adour Aficion. Sous les conseils du Maestro Richard Millan.

Richard Milian

Une partie des Ă©lĂšves ont pu mettre en pratique l’apprentissage Ă  l’Ă©cole Ekaitz, Hugo et Jules entre autres ont eu deux vaches de la Ganaderia Alma Serena dont la premiĂšre avait trois ans.

Ekaitz

Hugo

Jules

. La seconde encaste a permis de pouvoir s’exprimer devant un public familial de quatre Ă  soixante-dix sept ans.

Photo et texte Nicolas Couffignal

Chapeau bas maestro !

Par Patrick Cauna

Le 20 Juillet 1995, en novillada non piquĂ©e du matin, un petit blondinet d’une douzaine d’annĂ©e alternait avec Marc Serrano et Francisco Marcos aux arĂšnes du Plumaçon.

On avait été impressionné par ses ordres à la brega, son toreo et sa personnalité presque insolente, déjà de facilité et de tranquillité.

Les aprĂšs-midis, alternaient les Joselito, Rincon et autre figuras de l’Ă©poque, ceux-lĂ  mĂȘme que quelques annĂ©es plus tard, il allait affronter.

Julian Lopez El Juli, 28 ans aprĂšs, lors de sa 25e annĂ©e d’alternative, dĂ©cide de mettre un terme Ă  sa carriĂšre en fin de temporada.

25 annĂ©es Ă©maillĂ©es de succĂšs, de position de force, de difficultĂ©s, d’agacements, une carriĂšre de rock-star du toreo.

De ses annĂ©es 2000, oĂč Ă  peine mise la zapatilla en piste, les oreilles Ă©taient accrochĂ©es au palco, de ses annĂ©es de trop oĂč il ennuyait les non-julistes, de ses dĂ©tracteurs du JulipiĂ©, il n’a jamais cessĂ© de diviser, d’alimenter les tertulias, les apĂ©ros entre amis.

Comme rĂ©gĂ©nĂ©rĂ© par les annĂ©es Covid – deux ans sans toros -il est revenu plus fort, plus torero, remettant de l’ordre dans la maison toro en restant en haut. Les jeunes qui pensaient bousculer la hiĂ©rarchie sans jamais reconfirmer en ont fait les frais. Il a encore mis quelques bains – Aguado, Tellez, Rufo – ouvert la 7e Porte du Prince Ă  SĂ©ville l’an passĂ©. On n’oubliera pas ses larmes Ă  Madrid devant les toros de la Quinta.

Il nous tarde Dax ,il nous tarde SĂ©ville…

Un grand torero va s’en aller…et avec lui la science des toros.

Chapeau bas Maestro !!

Cristobal Reyes Ă  Cenicientos

Le torero jerezano mené par le landais Christian Lamoulie décroche son premier contrat aprÚs une alternative dramatique à Sanlucar. Une corrida de Partido de Resina avec Serafin marin et Jairo Miguel.

Les Saintes Maries de la Mer: corrida portugaise

Plaza de toros de Saintes Maries de la Mer. Trois quart d’entrĂ©e. Corrida portugaise.

Toros de Gallon et Tardieu. 

Andy Cartagena, ovation et vuelta al ruedo; 

Andrés Romero, vuelta al ruedo et vuelta al ruedo.

Por colleras, vuelta al ruedo.

Forcados de Moita.

Beaucaire, les toros

Santander: oreille pour LĂ©a

Plaza de toros de Santander. Casi lleno.

Toros de El Canario.

‱ LEONARDO HERNÁNDEZ, silence aprùs avis et silence;

‱ LEA VICENS, silence et oreille et double vuelta;

‱ GUILLERMO HERMOSO DE MENDOZA, oreille et oreille.

Madrid: septembre torista

Las Ventas a dĂ©jĂ  dĂ©fini les affiches des festivitĂ©s qui se dĂ©rouleront durant le mois de septembre, Ă  fort caractĂšre torista. Un concours d’Ă©levage de novillada et trois corridas -un concours et deux dĂ©fis

d’Ă©levage- composent la programmation.

-Dim 03/09. Novillada. Curro DurĂĄn, JesĂșs GarcĂ­a et VĂ­ctor Cerrato (Carasblancas-BellalucĂ­a, San Isidro – Toros de Tenorio, Manuel Sanz – Los Eulogios, Carriquiri, NĂșñez de Tarifa et TomĂĄs FrĂ­as)

– Dim 10/09. Paco Ramos, DamiĂĄn Castaño et Luis Gerpe (Juan Luis Fraile et ValdellĂĄn)

– Dim 17/09. Octavio Chacón, Juan de Castilla (confirmation) et Ángel Sánchez (Partido de Resina et Sobral)

– Dim 24/09. Concours de d’Ă©levages SerafĂ­n MarĂ­n, RubĂ©n Pinar et GĂłmez del Pilar (Partido de Resina, Samuel Flores, Peñajara, JosĂ© Escolar, Pedraza de Yeltes et La Palmosilla)

–

–

Desencajonada Ă  Azpeitia

Ce jeudi aprĂšs-midi et sous une pluie intense mais lĂ©gĂšre , une tradition profondĂ©ment ancrĂ©e dans la commune s’est tenue Ă  La Bombonera de Azpeitia : la desencajonada. Une tradition et un rite qui attirent un grand nombre d’amateurs dĂ©sireux de voir la beautĂ© du taureau de combat.

Les trois corridas du cycle ont été débarquées : Ana Romero, Murteira Grave et La Palmosilla . Ils ont ouvert les cajones du camion dans le ruedo encadrés par les puis dirigés par les cabestros.
Un spectacle unique qui prélude aux festivités de San Ignacio qui débutent avec tous les honneurs ce dimanche prochain.

Andrés Roca Rey dans Paris Match

Roca Rey sa vie son oeuvre un reportage d’Audrey Levy et du photographe Álvaro CĂĄnovas. Il y a longtemps que le grand hebdomadaire parisien n’a pas consacrĂ© de reportages Ă  un torero (El CordobĂ©s?). Merci messieurs! Un lecteur m’Ă©crit ce matin que Paris Match avait consacrĂ© un reportage Ă  Juan JosĂ© Padilla en 2011 dont acte: le poids des mots, le choc des idĂ©es!

Bayonne : Clemente confirme

Bayonne. PremiĂšre des FĂȘtes de Bayonne. Deux tiers d’entrĂ©e.

Toros de Juan Manuel Criado, bien prĂ©sentĂ©s  nobles avec de la qualitĂ©, le quatriĂšme violent.

CLEMENTE, oreille et ovation;

JESÚS ENRIQUE COLOMBO, ovation et oreille avec pĂ©tition de la seconde;

DORIAN CANTON, ovation et vuelta al ruedo.

Belle entrĂ©e pour la fameuse corrida des fĂȘtes une date toujours difficile et point positif beaucoup de jeunes dans ce public souvent venus Ă  l’occasion de la cĂ©lĂ©bration du Roi LĂ©on ou tout simplement de passage dans le coin. Ce rebond sera-t-il durable ? Ferons-nous de ces nouveaux arrivants des aficionados lucides et convaincus ?  Il y avait hier des arguments pour ĂȘtre optimiste Ă  commencer par un lot de toros bien prĂ©sentĂ©s, trĂšs sĂ©rieusement armĂ©s, lourds et charpentĂ©s et ĂągĂ©s de cinq ans pour cinq d’entre eux. Un lot qui s’est avĂ©rĂ© maniable, mĂ©diocre Ă  la pique mais avec de la classe par la suite et de la transmission souvent. La prime au cinquiĂšme et sixiĂšme, le quatriĂšme plus Ăąpre.

Clemente avait rĂ©pondu prĂ©sent malgrĂ© sa blessure montoise rĂ©cente et il ne doit pas regretter ce choix courageux et plein de panache. On a bien vu qu’il Ă©tait handicapĂ© et qu’il ne pouvait s’appuyer sur sa jambe blessĂ© (les pints se sont-ils rĂ©ouverts durant le combat? Cela explique-t-il cette tĂąche de sang sur la jambe?). MalgrĂ© ce sacrĂ© handicap il nous a proposĂ© deux traestos diffĂ©rents, aux contenus solides et qui confortent son image de torero courageux mais aussi habitĂ© par le sens des responsabilitĂ©s et la capacitĂ©. Bien Ă  la cape lors de ses deux passages, il a brillĂ© dans la suite du  combat dans des registres bien diffĂ©rents. On a vu sa classe, sa toreria et son sens du rythme face au premier bien tuĂ© d’un estoconazo. Il eut plus de difficultĂ© Ă  imposer sa loi au dur quatriĂšme, bronco qu’il fallait assujettir. Il l’a fait avec conviction, terminant par deux sĂ©ries de la gauche aux petits oignons. Une entiĂšre tombĂ©e, deux descabellos et une mort trop lente de l’animal pour voir son travail rĂ©compensĂ©.

Colombo a touchĂ© le bon lot et il a imposĂ© son toreo allĂšgre certes mais aussi un tantinet racoleur. VariĂ© et habile Ă  la cape, il plaĂźt aux banderilles qu’il pose avec plus ou moins de rĂ©ussite pourtant. Plus d’adornos que vĂ©ritables sĂ©ries construites dans ses deux faenas superficielles mais qui ont portĂ© sur les tendidos. Il tua d’un bajonazo prĂ©cĂ©dĂ© d’un pinchazo le premier et d’une entiĂšre tombĂ©e le second. MĂȘme si nous ne mĂ©sestimons pas une certaine forme d’enthousiasme, Colombo est tombĂ© hier dans une dĂ©magogie qui nuit Ă  sa force de conviction : ne confondons pas populaire et populisme. Point trop n’en faut


On avait des yeux de ChimĂšne pour Dorian Canton sĂ©rieux Ă  l’extrĂȘme toute la soirĂ©e. Il a beaucoup appris le jeune homme d’Asson et ses bonnes maniĂšres sont Ă  louer. Il a Ă©lu un chemin difficile celui de la puretĂ© et du toreo sans concession, on a envie de dire essentiel. Il y parvient d’ailleurs mais il y a entre lui et le public une sorte de froideur pudique qui freine l’adhĂ©sion et nuit Ă  l’enthousiasme. Il lui a manquĂ© hier cette qualitĂ© essentielle au toreo moderne : l’entrega. Il l’a en lui sans aucun doute mais il ne la transmet pas par pudeur peut-ĂȘtre: Pourtant cela fait aussi partie du toreo. Otro dia sera ! (deux tiers bas et une entiĂšre tombĂ©e suivie de deux descabellos).

Pierre Vidal

Photos Bruno Lasnier

© 2023 Corridasi - Tous droits réservés